"Mon cher, vous oubliez que nous vivons au pays de l'hypocrisie." Le portrait de Dorian Gray - Wilde

Publié dans : Théâtre

le 7/12/09

http://milkymoon.cowblog.fr/images/Livres/combustiblesamelienothombL1.jpgLes combustibles
Amélie Nothomb
1994
 
Challenge ABC : 10/26

Quatrième de couverture

La ville est assiégée. Dans l'appartement du Professeur, où se sont réfugiés son assistant et Marina, l'étudiante, un seul combustible permet de lutter conte le froid : les livres...
Tout le monde a répondu une fois dans sa vie à la question : quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ? Dans ce huis clos cerné par les bombes et les tirs des snipers, l'étincelante romancière du Sabotage amoureux pose à ses personnages une question autrement perverse : quel livre, quelle phrase de quel livre vaut qu'on lui sacrifie un instant, un seul instant de chaleur physique ?

Avis
Je suis mitigée sur ce livre. Comme la plupart des Nothomb, je l'ai lu d'une seule traite cette nuit, le style est toujours aussi bon, les répliques mordantes, les dialogues vifs. Mais je suis un peu déçue d'un autre côté, je m'attendais à ce qu'on parle de Molière, Rimbaud, Camus et de tous les grands de la littérature française. Je m'attendais à ce qu'on décortique leurs oeuvres, qu'on les compare, qu'on les critique. Au lieu de ça, on me présente des livres fictifs. Bien que ce travail soit beaucoup plus long, l'auteur aurait dû s'engager réellement en choisissant de vraies oeuvres. Il y a matière à réfléchir avec ce sujet, la pièce aurait pu être plus longue, ou au moins éviter le passage entre Marina et le professeur. La guerre leur fait perdre tout sens moral, et c'est compréhensible, mais de là à en arriver à ça... mouais non.

En résumé : Plutôt déçue par cette pièce, par les personnages et la manière dont a été traité le sujet : dommage que de vraies oeuvres n'aient pas été prises en exemple.


Extraits
* "Car je ne laisserai à personne d'autre qu'à moi le privilège de foutre le feu à cet emmerdeur !"

* "C'est si confortable de continuer à salir la réputation d'un livre. Aucun risque que le bouquin se venge : c'est ça qui est bien avec la littérature."

 
o°O°o
A moi de vous poser ces deux questions :
Quel livre emporteriez-vous sur une île déserte ?
En état de siège, quel bouquin jetteriez vous en premier au feu
(autrement dit quel est le pire livre que vous ayez lu) ?
 

Vos élucubrations

Ajouter

Par 100choses le 7/12/09
Je n'ai pas lu ce livre, mais je l'ai vu adapté et monté dans un atelier théâtre, et le résultat était très bon. Du coup le livre a rejoint ma LAL.

Sur une île déserte, j'emporterais sans hésiter Quatrevingt-Treize de Victor Hugo. Par élimination,je jetterais au feu, Le Nom De La Rose D'Umberto Eco ( j'en entends déjà certains crier au scandale, mais je n'ai absolument pas réussi à accrocher, j'ai débuté la lecture de ce livre deux fois à plusieurs années d'intervalles et les deux fois j'ai abandonné au bout d'une vingtaine de pages.
Et toi?
Par MeL le 7/12/09
J'ai été moi aussi déçue par ce livre pour les mêmes raisons que toi...
Par le-grand-duduche le 7/12/09
Je pense que si tu lisais ce à quoi tu t'attendais chez Nothomb, ce ne serait plus du Nothomb ... Pour ma part je n'ai pas été déçu par ce livre, mais bon je ne suis peut être pas très objectif, je suis un fan d'Amélie Nothomb et elle ne m'a jamais déçu.
Sur une île déserte j'emporterais sûrement "Stupeur et tremblements" de cette même Amélie Nothomb.
Si je devais jeter un livre au feu ... Hum ... "Le Grand Meaulnes" d'Alain-Fournier. Mais ça n'engage que moi bien sûr.
Par Akkantha le 7/12/09
Ah ben c'est bon à savoir pour Le nom de la rose, j'en avais pas mal entendu parler, mais tout compte fait il attendra ! Sinon que dire de plus sur Victor Hugo, à part que j'ai tout adoré de lui ?
Par Akkantha le 7/12/09
Moi non plus en général je suis agréablement surprise par Nothomb ! Mais là, je suis déçue surtout par rapport au sujet quoi.
Il faut absolument que je lise Stupeur et Tremblements, et tous ses autres livres ^^. Pour Le Grand Meaulnes, je suis carrément d'accord, je n'ai pas vu où était l'intérêt du bouquin...
Par MeL le 9/12/09
Je ne sais pas quel livre j'emporterais sur une île déserte sinon, peut-être Un homme qui dort de Perec mais le problème c'est qu'il est assez court je l'aurais vite appris par cœur je pense... mais le livre que je jetterais en premier au feu, ça serait La Nostalgie de l'ange d'Alice Sebold, je ne l'ai pas fini d'ailleurs...
Par Raison-et-sentiments le 10/12/09
Je l'ai plutôt bien aimé ce livre, même si cela change des autres livres de Mme Nothomb.
Moi je fouterais au feu La villa des mystères, Duel en enfer et Le testament de Sherlock Holmes ... aussi tous les Levy et les mMsso tiens ...
Et sur une île déserte j'emporterais : Les harry Potter (et oui tous !), L'élégance du hérisson, Le portrait de Dorian Gray, Hygiène de l'assassin, Comme un roman et La plume empoisonnée =D
Par Akkantha le 10/12/09
Je ne connais ni l'un ni l'autre :p. J'avais envie de lire La vie mode d'emploi de Perec d'ailleurs, en fait il me manque la lettre P pour mon challenge ABC, alors p-ê qu'à la place je mettrai Un homme qui dort ^^.
Par Akkantha le 10/12/09
Wouw ça en fait beaucoup ... Et si tu ne devais en choisir qu'un seul x)? Bref, j'avais remarqué que tu ne portais pas dans ton coeur Levy et Musso, puis-je oser te demander pourquoi ^^? Personnellement, les livres que j'avais lu d'eux m'avaient plût.
Par Akkantha le 10/12/09
Whoops je n'avais pas vu le "Et toi?"
J'pense que je jetterais au feu Un roi sans divertissement : très désagréable à lire même si le fond est intéressant, ou bien Le grand Meaulnes : ennui le plus total en le lisant.
J'emporterais sans hésiter Hygiène de l'assassin !
Comment dans ce climat de guerre deux petits, tout petits mots, parmis les plus brefs de la langue française, comment ont-ils eu le courage de venir dans ma tête et surtout d'y demeurer, malgré les violences dont ils faisaient l'objet ?
Mon avis rejoint entièrement la quatrième de couverture. Comment ne pas être touché par ce cri d'amour et de désespoir ? J'ai retrouvé la sublime écriture de Zweig que j'avais tant appréciée dans Le joueur d'échecs. J'ai retrouvé des sentiments poussés à l'extrême.
Mon avis rejoint entièrement la quatrième de couverture.
Par http://www.mrc72.fr le 27/5/16
Mon avis rejoint entièrement la quatrième de couverture.
 

Ajouter









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://milkymoon.cowblog.fr/trackback/2940594

 

<< Post | 1 | 2 | 3 | Ante >>

Créer un podcast