"Le monde n'est qu'un amas de taches confuses, jetées sur le vide par un peintre insensé, sans cesse effacées par nos larmes." Nouvelles Orientales - Yourcenar

Publié dans : Théâtre

le 18/9/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/chatenpocheaffiche.jpgChat en poche
Georges Feydeau
1888

Résumé
Monsieur Pacarel, bourgeois enrichi par le commerce du sucre et assoiffé de postérité, veut monter un opéra composé par sa propre fille qui a réécrit "Faust". Pour cela il fait venir un célèbre ténor de l'opéra de Bordeaux. Se présente alors un jeune Bordelais, fils de son ami Duffausset, venu faire ses études de droit à Paris, et qui va être pris pour le ténor en question. Bien sûr, il n'a jamais chanté, mais Pacarel lui fait signer un contrat. On imagine sans mal ce qui va suivre...

Avis
Une pièce pleine de jeux de mots, de quiproquos, et tout ce qui contribue au comique de scène. Feydeau est incontestablement maître dans "l'art" du vaudeville (cf Occupe toi d'Amélie). Je ne me suis pas ennuyée une seconde ; et même si l'histoire me paraît lointaine, je garde un souvenir précis de mon impression générale : un très bon moment au théâtre, des éclats de rire à répétition, le sourire aux lèvres à la sortie, et c'est pourquoi je vous la recommande - au théâtre bien sûr.

En résumé : Une pièce pétillante, un excellent souvenir.

Publié dans : Théâtre

le 27/6/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/feydeau.jpgOccupe-toi d'Amélie
Georges Feydeau
1908

Résumé
Pour hériter de l'immense fortune de son père, Marcel Courbois doit renoncer au célibat. Il organise un faux mariage avec la belle Amélie, que son ami Etienne lui a prêté pour qu'elle joue la fiancée. Sauf qu'Etienne s'arrange pour que le mariage ait vraiment lieu, et là les ennuis commencent...

Avis
J'ai décidé de parler des pièces que je suis allée voir y'a 2-3 ans pour ne pas les oublier. Mais en fait je me rends compte que j'ai presque tout oublié de leur histoire ; je vais donc surtout vous donner mon impression globale. Occupe-toi d'Amélie est un vaudeville très sympa. Feydeau fait rire (quoi que je ne l'ai jamais trouvé meilleur que dans Chat en poche, dont je vous parlerai bientôt), le public n'a pas le temps de s'ennuyer, aucun temps mort, la pièce est très rythmée. Entre humour, quiproquos, situations invraisemblables, j'ai vraiment passé un agréable moment. Je le dis et le répète, le théâtre est fait pour être vu, pas pour être lu, alors sortez au théâtre ! Enfin quoi que, je ne parle pas de Musset et son concept de "théâtre dans un fauteuil", ce sera pour une prochaine fois.
Revenons-en à la pièce. La situation initiale me rappelle beaucoup Il ne faut jurer de rien : Marcel et Valentin sont dans la même situation : ils doivent se marier pour bénéficier de la fortune de leur famille. Sauf que dans Il ne faut jurer de rien, c'était dégoulinant de mièvreries à la fin, absolument pas crédible, tandis qu'ici dans Occupe-toi d'Amélie, c'est exactement tout le contraire qui est représenté. Ce côté plus réaliste m'a plu, on ne cherche pas à montrer une histoire d'amour pleine de bons sentiments.

En résumé : Un vaudeville comme on les aime.

Publié dans : Théâtre

le 9/6/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/gladiator.jpgLes Trente Millions de Gladiator
Eugène Labiche
1875

Résumé
Mr Gladiator et ses 30 millions arrivent  à Paris, au grand bonheur de tous les bourgeois de la ville qui veulent s'approprier sa fortune.
Humour déjanté, humour féroce, humour noir sur la vanité humaine, la course à l'argent et à la position sociale, l'appétit sexuel font de cette galerie de personnages des pantins désarticulés, de véritables clowns, des grands burlesques dignes des premiers films du cinéma muet. Mais, et ce n'est pas le moindre des paradoxes d'un bon vaudeville, ces personnages sont observés et croqués avec un souci constant de vérité, Labiche étant le chroniqueur impitoyable mais attendri d'une société bourgeoise qui va bien au-delà du Second Empire et des débuts de la Troisième République.

Avis
Non, ce n'est pas une pièce avec 30 millions de gladiateurs, comme je l'avais compris au début, mais bien un dénommé M. Gladiator. J'ai trouvé ce vaudeville génial. Histoire, répliques, personnages, chansons, tout y était pour passer un excellent moment. J'ai été surprise par la modernité de la pièce, par tant de fraicheur dans le texte. A plus d'un siècle d'écart, je n'ai même pas senti la différence d'époque. En plus de l'humour, Labiche peint ses personnages de manière si juste qu'on ne peut pas s'empêcher d'y voir des ressemblances avec notre époque. C'est exactement le genre de pièce à voir au théâtre, parce qu'on découvre un texte pas spécialement connu et qui a peu d'intérêt à être simplement lu. Et puis il offre tellement de possibilités de mise en scène. Le coup des chansons, on se serait cru dans une comédie musicale, mais là c'était décalé, c'était drôle. J'ai complètement adhéré, un régal.

En résumé : Le genre de vaudeville à aller voir au théâtre, une bouffée d'air frais.

Publié dans : Théâtre

le 30/5/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/cook.jpgSupplément au voyage de Cook
Jean Giraudoux
1935

Résumé

Mr et Mrs Banks, naturalistes de l'équipage du capitaine Cook, débarquent à O'Tahiti : puritains anglais du XVIIIe siècle, ils doivent inculquer aux indigènes les trois piliers sacrés de leur civilisation : Travail, Propriété et Moralité. Les autochtones opposent prodigalité, liberté, et insouciance. Les Banks voient leurs certitudes vaciller.

Avis
On est en 1935 quand Giraudoux écrit cette pièce, ce n'est plus l'époque des grands discours satiriques sur la colonisation, comme l'avaient fait autrefois de nombreux auteurs, et notamment Diderot dans "Supplément au voyage de Bougainville". Giraudoux reprend l'idée et la reconcocte à sa sauce pour en faire quelque chose de drôle et léger. Les thèmes de l'altérité, de l'esclavage, de la colonisation de l'Homme blanc sont présents, of course. Mais c'est dans l'humour que Giraudoux aborde le sujet, et j'ai totalement adoré. Il y a continuellement une confrontation entre les coutumes des colons et les coutumes des indigènes, et on voit bien qu'elles sont incompatibles. Je ne vais pas vous faire un cours sur ces différences culturelles, vous les imaginez bien. Je cherche surtout à mettre l'accent sur la manière dont l'auteur s'y prend pour en parler et que j'ai trouvée géniale. Les Banks qui pensaient contrôler les tahitiens pour se faire de l'argent, se retrouvent malgré eux à adopter leur mode de vie et leur mentalité, ce qui donne lieu à des situations et des dialogues excellents. En plus j'ai pu voir cette pièce au théâtre, et voir une pièce au théâtre vaut mille fois mieux que de la lire, c'est certain.

En résumé : J'ai adoré avec quel trait d'humour Giraudoux dépeignait la colonisation.

<< Post | 1 | Ante >>

Créer un podcast