"Je crois, d'honneur, que bientôt le rôle qui siéra le mieux à l'esprit sera le silence, et que la parole ne sera plus qu'aux perroquets." Le Marchand de Venise - Shakespeare

Publié dans : Romans XXI°

le 31/8/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/herisson.gifL'élégance du hérisson
Muriel Barbery
2006

Quatrième de couverture
Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.


Avis
Au début ce livre m'agaçait. Je trouvais que Renée, la concierge, n'avait rien de l'élégance du hérisson, à critiquer nuit et jour les riches. Comme si elle trouvait ça jouissif d'être pauvre pour pouvoir critiquer les riches à loisir. Alors après, se prétendre plus lettrée qu'eux, je veux bien, mais ça aurait au moins pu lui ouvrir les yeux sur le fait que tous les "riches" ne sont pas à mettre dans le même sac.

Et heureusement, elle va s'en rendre compte, grâce à l'arrivée de M.Ozu qui va la faire sortir de sa petite loge de concierge. M.Ozu, l'homme que tout le monde rêverait de rencontrer, est un charmant japonais retraité qui vient d'emménager dans l'immeuble. Avec Paloma, ils vont se rendre compte que la concierge n'est pas se qu'elle semble être, d'où "l'élégance du hérisson". Au fur et à mesures de leurs conversations, Renée abandonne un peu ses préjugés contre les riches, et je le répète, c'est ce qui m'avait agacée au début.

En revanche j'ai nettement plus aimé les passages de Paloma. L'enjeu avec elle, c'est de savoir si elle va faire ce qu'elle prévoit de faire le jour de ses treize ans (cf. résumé). Elle est persuadée que l'existence est absurde, et on peut la comprendre vu sa famille. Tout au long du livre, ce sera une recherche de réponses, une remise en question. Et sa vision des choses va aussi évoluer. J'ai aimé son intelligence, sa manière de raisonner, et sa manière d'être.

Dans ce livre il est très souvent question d'Art. Qu'est ce que ça m'a rappelé les cours de philo, un truc de dingue. Du Kant par ci, du Hussel par là ; et puis j'ai vu que Muriel Barbery avait été prof de philo, ceci expliquant cela. Il y avait de bonnes réflexions quand même, et j'avoue qu'après certains passages, je me suis demandée à quoi on servait sur Terre, c'était un peu la déprime (mais au final on en garde un souvenir très positif, si si).

Je crois que mon avis sur ce livre a complètement basculé à un passage très précis : lorsque Renée retrouve un ancien locataire de l'immeuble, et qu'il lui explique comment ses camélias lui ont sauvé la vie. Très bref, sublime passage, j'en avais les larmes aux yeux. Dans ces moments là, je me dis que la littérature n'a pas fini de me surprendre, et au final, toute la magie d'un livre réside peut être dans un minuscule passage.
 
En résumé : Livre qui m'agaçait profondément au début mais mon avis a complètement basculé, et au final, que c'est beau !


Extraits
* "Je suis un des multiples rouages qui font tourner la grande illusion universelle selon laquelle la vie a un sens qui peut être aisément déchiffré."

* "Je déteste cette fausse lucidité de la maturité."

* "Personne ne semble avoir songé au fait que si l'existence est absurde, y réussir brillamment n'a pas plus de valeur qu'y échouer. C'est seulement plus confortable. Et encore : je crois que la lucidité rend le succès amer alors que la médiocrité espère toujours quelque chose."

* "La politique, me dit-elle. Un jouet pour les petits riches qu'ils ne prêtent à personne."

* "Peut-on être aussi doué et aussi aveugle à la présence des choses ?"

* "Il n'y a pas plus midinette que le cynique."

* "J'ai endossé mon habit de concierge semi-débile."

* "en transe grammaticale"

* "Bon, allons-y pour une petite session dans le genre conversation automnale au coin du feu entre gens bien nés, une conversation raffinée, constructive, et même peut-être soyeuse."

* "Nous autres humains sommes capables de consacrer une grande énergie à la quête du rien et au brassage de pensées inutiles et absurdes."

* "Je m'étais demandée comment tant de jeunesse pouvait se ruiner au service du néant."

* "une humilité de façade qui n'est que vanité et dédain" (à propos de l'intelligence)

* "Ce qui est beau, c'est ce qu'on saisit alors que ça passe. C'est la configuration éphémère des choses au moment où on en voit et même temps la beauté et la mort."

Vos élucubrations

Ajouter

Par Raison-et-sentiments le 4/9/10
Je me souviens que je l'ai lu en une journée. La première page m'avait fait peur, mais je me suis dit, "héoho tu as survécu à Madame Bovary, c'est pas un hérisson qui va te tuer", et au final j'ai adoré de bout en bout. C'est parfois dure à comprendre, mais qu'est-ce que c'est beau !
Par Akkantha le 6/9/10
Héhé toi aussi ça t'a achevée Madame Bovary (quoi que pour moi la palme d'or revient à Le rouge et le Noir).
Par Peluche hérisson le 16/1/14
Merci!
Plus je vais et moins le monde me satisfait. Chaque jour me montre davantage l'instabilité des caractères et le peu de confiance qu'on peut mettre dans les apparences de l'intelligence et du mérite."
Tu as effectué un très bon travail sur ton blog, bravo à toi !
Que dire à part que c'est le livre qui m'a fait aimer les livres ? Je l'ai relu pour le Matilda's Contest, on se met dans le bain et maintenant c'est parti ! Matilda, petite fille à laquelle je me suis identifiée - et je dois pas être la seule
Je te comprends ; j'ai déjà commencé le deuxième volume !
Par http://www.mel42.fr le 29/9/15
Qui est-ce ? Trois fois j'ai cru comprendre le titre. Trois fois ce sont des sens différents qui sont apparus. La première fois où il est fait référence à un oiseau moqueur, c'est un ordre d'Atticus à Scout qui lui demande de ne pas tirer dessus avec
Par http://www.form-hist.be le 20/10/15
Bonne continuation à toi, j'espère que la suite te plaira autant.
nt à prendre en compte par rapport à mon opinion sur toute cette série de livres, c'est que je connais déjà le fin mot de l'histoire,
Par http://www.r-e-v-i.fr le 12/12/15
Je l'ai relu pour le Matilda's Contest, on se met dans le bain et maintenant c'est parti !
Lisez la absolument, même si je sais qu'en général vous n'êtes pas de grands fan de théâtre !
Moi ça m'avait paru trop long en tout cas, je pense que ça aurait gagné à être plus court et mieux ciblé ^^
Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance.
Posterai peut-être ponctuellement.
Par victoria secret uk le 16/5/16
d'amour pleine de bons sentiments.
Par victoria secret uk le 17/5/16
Posterai peut-être ponctuellement.
Vous savez combien j'adore le roman d'anticipation.
Par victoria secret uk le 6/6/16
Posterai peut-être ponctuellement.
Je crois que ce que j'ai préféré, c'est le voyage du plus jeune fils de Tsongor, Souba, qui doit édifier sept tombeaux à l'éfigie de son père dans tout le royaume. Chacun rivalise de prouesse architecturale (et j'y suis sensible, normal) ; dans un jardin suspendu, une grotte souterraine, une montagne, un immense arbre, une tour dans le désert..
adhéré, un régal.
Par Adidas Pas Cher le 1/9/16
Posterai peut-être ponctuellement.
d'autant plus si on considère le sujet traité. Et la musique...
Par nike air max pas cher le 17/9/16
Peu à peu les thanatonautes dressent la carte géographique de ce monde inconnu.
 

Ajouter









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://milkymoon.cowblog.fr/trackback/3033892

 

<< Post | 1 | 2 | 3 | Ante >>

Créer un podcast