"Mon cher, vous oubliez que nous vivons au pays de l'hypocrisie." Le portrait de Dorian Gray - Wilde

Publié dans : Romans XXI°

le 13/5/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/Livres/cosmetiquedelennemiamelienothomb080918105527.jpgCosmétique de l'ennemi
Amélie Nothomb
2001

Quatrième de couverture
"Sans le vouloir, j'avais commis le crime parfait : personne ne m'avait vu venir, à part la victime. La preuve, c'est que je suis toujours en liberté." C'est dans le hall d'un aéroport que tout a commencé. Il savait que ce serait lui. La victime parfaite. Le coupable désigné d'avance. Il lui a suffi de parler. Et d'attendre que le piège se referme. C'est dans le hall d'un aéroport que tout s'est terminé. De toute façon, le hasard n'existe pas.

Avis

Wa-ouh. Je sais pas comment fait cette femme pour réussir à chaque fois à m'impressionner. Tout le livre est un dialogue qui monte en puissance au fur et à mesure. Au début de la lecture, je ne voyais pas bien à quoi aller mener la rencontre de ces deux personnages, puis mon intérêt a grandi face aux révélations de l'un. Au final, on a sous les yeux un dialogue de schizophrène captivant. Et avec une fin comme je les aime, ce livre s'inscrit définitivement comme l'un de mes préférés de l'auteur.
Je vais faire mes habituels parallèles avec les autres romans d'Amélie Nothomb. J'ai trouvé pas mal de ressemblances avec Hygiène de l'Assassin cette fois-ci, à commencer par le titre : hygiène/cosmétique , assassin/ennemi, vous voyez quoi. Ensuite la ressemblance dans les noms : Pretextat Tach/Texor Texel, puis enfin la forme des deux livres : un dialogue plein de répliques cyniques et vives qui font mon bonheur. Le livre m'a aussi rappelé Freud, et les désirs refoulés dans l'inconscient. Je ne peux que vous conseiller de vous jeter dessus et de le dévorer.

En résumé : Excellent. Impressionnée et ravie.

Extraits
* "Les choses qui plaisent à l'oreille sont celles qui plaisent à l'esprit." - Gustave Guillaume

* "Que peut-on faire contre les gens de votre espèce ? S'enfermer aux toilettes ?"

* "J'aime ces accès de lucidité."

* "Sans maladie, pas de guérison."

* "-La personne humaine ne présente qu'un seul point faible : l'oreille.
-C'est faux. Il y a les boules Quies.
-Oui, les boules Quies : la plus belle invention de l'homme."

* "Je vivais en autarcie autour de mon nombril."

* "Passons sur ces considérations d'une profondeur vertigineuse."

* "Je suis quelqu'un d'extrêmement formaliste. J'agis en fonction d'une cosmétique rigoureuse et janséniste."

* "La cosmétique, ignare, est la science de l'ordre universel, la morale suprême qui détermine le monde."

* "Depuis que je t'ai refilé la patate chaude de la culpabilité, tu me crois sans aucune peine."

* "-Risquer sa vie, en l'occurrence.
-C'est un pléonasme. Le risque, c'est la vie même. On ne peut risque que sa vie. Si on ne la risque pas, on ne vit pas."


Publié dans : Didactique

le 20/3/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/Livres/freudd.gifCinq leçons sur la psychanalyse
Sigmund Freud
1909 (conférence)
1924 (première traduction française)
 

Quatrième de couverture
Les deux textes contenus dans ce livre constituent une présentation de la psychanalyse qui s'adresse d'abord aux non-spécialistes. Les Cinq leçons sur la psychanalyse sont les conférences prononcées par Freud en 1909 lors de son voyage aux Etats-Unis, où la psychanalyse était encore largement ignorée. On y trouve un récit des origines de la psychanalyse, "inventée" par l'hystérique Anna O., mais aussi une introduction aux problèmes centraux : la sexualité infantile, l'interprétation des rêves, le complexe d'OEdipe. Freud conclut sur la nature des névroses et le refuge dans la maladie.
Dans la Contribution à l'histoire du mouvement psychanalytique (1914), Freud retrace les débuts difficiles de la psychanalyse et les résistances qu'elle rencontra. Il précise sa réflexion sur certains points litigieux, liés principalement au concept de "libido".

Avis
Je vous avais déjà parlé de ma lecture Du rêve et son interprétation. Je l'avais adoré, cette lecture avait été un vrai puis de sciences. Dans les 5 leçons présentées ici j'ai retrouvé la même chose. Je ne vous cache pas qu'il faut s'accrocher pour vraiment prendre le temps de comprendre. J'aime le langage didactique qu'emploie Freud, avec des exemples qui explicitent vraiment ses propos. Je vais vous parler vite fait des 5 leçons, ou du moins ce que j'en ai compris.

Première leçon : Il étudie les comportements hystériques. Ceux-ci sont provoqués par des "traumatismes" antérieurs que le sujet a immédiatement refoulés dans son esprit. Cependant le traumatisme ne disparait pas, il emprunte d'autres moyens pour s'exprimer (exemple : oubli total de sa langue maternelle pendant une crise alors qu'on la maîtrise parfaitement habituellement). Le moyen de guérir une hystérie, autre que l'hypnose, est de faire remonter le sujet jusqu'à l'évènement qui est à l'origine de son traumatisme.

Deuxième leçon : D'après ses analyses des comportements hystériques, Freud établit une distinction entre notre conscient et notre inconscient. Les idées refoulées vont dans notre inconscient, cependant elles peuvent s'expriment par d'autres moyens à notre conscient (névroses ou rêves).

Troisième leçon : Les rêves comme manifestation de notre inconscient  → voir cet article.

Quatrième leçon : Selon Freud, un grand nombre de symptômes sont liés à la sexualité, et plus particulièrement la sexualité infantile. Au cours de l'éducation, l'idée de sexualité est réprimée au nom de valeurs plus "morales". Après j'avoue ne pas avoir suivi Freud dans son délire, ses explications ne m'ont pas vraiment convaincue, peut-être qu'avec plus d'explications qui sait ?

Cinquième leçon : Nos idées refoulées dans notre inconscient peuvent aussi trouver refuge dans la maladie. Elles peuvent aussi s'exprimer au quotidien, sous des gestes d'apparence banale (exemple: le fait de tripoter un stylo pour s'occuper les mains).


En résumé : Freud introduit la psychanalyse en mettant en évidence l'inconscient et en décrit ses manifestations, une lecture riche en informations et révélations.


Extraits
"L'interprétation des rêves est en réalité la voie royale de la connaissance de l'inconscient."

"Quand on me demande comment peut-on devenir psychanaliste, je réponds : par l'étude de ses propres rêves."

Publié dans : Didactique

le 23/9/09

http://milkymoon.cowblog.fr/images/Livres/freud.jpgSur le rêve
Freud
1900

Quatrième de couverture
Freud expose, avec la précision et la simplicité didactiques qu'on lui connaît, sa conception du rêve. C'est tout ce qu'il nomme le travail du rêve qui est démontré, laissant apparaître ses mécanismes. Au-delà du rêve proprement dit, c'est aux lois qui régissent l'inconscient que ce petit livre lumineux donne accès.

Avis
Je me suis demandée sur quel livre je pourrais faire un article aujourd'hui, c'est là que j'ai vu qu'on fêtait les 70 ans de la mort de l'ami Freud. Alors voilà, quand j'avais encore du temps à tuer pendant les vacances, mon instinct de scientifique a voulu que je lise ce livre. Freud écrit que "le rêve est la voie royale de l'inconscient". Donc, dans nos rêves, il y a forcément une part de vérité. Même si au premier abord, il paraît insensé, il est très révélateur. En fait, notre conscience "bloque, refoule" certaines idées. Lors du sommeil, la conscience ne peut plus bloquer ces idées, c'est pour ça qu'on rêve parfois de choses très bizarres. Freud nous dit aussi que tout ce dont on rêve la nuit est en rapport avec la veille, même si parfois il faut aller chercher loin pour trouver le lien. J'ai trouvé son raisonnement très clair et facile à comprendre, après ce n'est pas du tout de la littérature pure et dure, mais j'ai toujours été fascinée par les rêves. D'ailleurs, depuis cette lecture, je note les miens dans un carnet, car y'a des rêves que je ne voudrais jamais oublier.

En résumé : Lecture super intéressante et très claire, maintenant je m'intéresse de près à mes rêves.

<< Post | 1 | Ante >>

Créer un podcast