"Quand un passage lui plaisait particulièrement, il le répétait autant de fois qu'il l'estimait nécessaire pour découvrir combien le langage humain pouvait être aussi beau." Le vieux qui lisait des romans d'amour - Sepúlveda

Publié dans : Romans XX°

le 5/12/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/ZWEIG2.jpgLa confusion des sentiments
(Verwirrung der Gefühle)
Stefan Zweig
1927

Quatrième de couverture
Au soir de sa vie, un vieux professeur se souvient de l'aventure qui, plus que les honneurs et la réussite de sa carrière, a marqué sa vie. A dix-neuf ans, il a été fasciné par la personnalité d'un de ses professeurs ; l'admiration et la recherche inconsciente d'un Père font alors naître en lui un sentiment mêlé d'idolâtrie, de soumission et d'un amour presque morbide.
Freud a salué la finesse et la vérité avec laquelle l'auteur d'Amok et du Joueur d'Echecs restituait le trouble d'une passion et le malaise qu'elle engendre chez celui qui en est l'objet. Paru en 1927, ce récit bref et profond connut un succès fulgurant, en raison de la nouveauté audacieuse du sujet. Il demeure assurément l'un des chefs-d'œuvres du grand écrivain autrichien.

Avis
Tout est à peu près dit dans la quatrième de couverture. J'ai retrouvé cette écriture si spécifique à Zweig, où les sentiments sont décrits avec une justesse déconcertante, et toujours cette sensibilité à fleur de peau qui caractérise ses personnages, avec le refoulement des émotions, le contrôle permanent (je pense à Lettre d'une inconnue notamment). Outre l'intensité des sentiments, le thème de cette nouvelle qui à l'époque apparaît plus qu'original. On se demande tout le long de l'histoire quel secret se cache derrière ce professeur si énigmatique, quel secret explique son comportement tantôt chaleureux et affectif, tantôt froid et repoussant (parce que nous aussi lecteur, on devient fasciné par le professeur). Et au final quand la vérité est révélée, on ressent plus que profondément le trouble du narrateur, la "confusion des sentiments" à son paroxysme, puisque c'est bien de ça qu'il s'agit. C'est choquant, cela va à l'encontre de tous les codes, il fallait l'oser.

En revanche ce à quoi j'ai moins adhéré, c'est que le récit du narrateur est rétrospectif et son histoire est censée justifier l'homme qu'il est devenu aujourd'hui. Je m'attendais à quelque chose de plus long, enfin, je n'ai pas vraiment vu le rapport entre ces deux "temps", ou plutôt, ce n'était pas forcément justifié de faire un deuxième temps de récit , parce qu'on n'y revient que très brièvement à la fin. Alors soit, cet épisode a marqué sa vie plus que toute autre chose, mais ça ne se ressent pas lorsqu'il est plus vieux.

En résumé : A chaque fois que je referme un livre de Zweig, j'ai l'impression de quitter une tempête d'émotions ; encore du très, très bon.


Extraits

* "Tout y est vrai, il n'y a que l'essentiel qui y fasse défaut. Il me décrit, mais sans parvenir jusqu'à mon être. Il parle de moi sans révéler ce que je suis."

* "bourreau auquel, malgré tout, j'étais attaché avec amour, que je haïssais en l'aimant et que j'aimais en le haïssant"

* "un voile épais et sombre était interposé entre moi et l'univers"

* "Aucune souffrance n'est plus sacrée que celle qui par pudeur n'ose se manifester."

Vos élucubrations

Ajouter

Par Nienor le 6/12/10
La première nouvelle de Zweig que j'aie lue et j'ai été soufflée par le profondeur des sentiments de ses personnages. Je me suis tout autant régalée avec "Le joueur d'échec" et j'espère en découvrir encore d'autres !
Par Hazel le 7/12/10
Bonsoir !

Le Hangar est un blog artistique qui publie régulièrement des chroniques (littérature, cinéma, musique...) et des créations d'internautes, VOS créations (textes, photos, peintures...) !

En ce moment, le site organise un DOUBLE CONCOURS - littéraire et pictural - avec pour thème "La Naissance", et il y a des LOTS à la clé ! Nous vous invitons donc à y participer avant le 28 décembre ! (Pour plus de renseignements, l'article sur le site vous expliquera tout.)

Au plaisir, et à bientôt j'espère !

http://le-hangar.com

Hazel, du Hangar.
Par Raison-et-sentiments le 12/12/10
J'ai peur de retenter Zweig depuis ma "déception" d'une Lettre d'une inconnue. Il ne m'a pas emballée comme avait pu le faire Le joueur d'échec ou Vingt-quatre heures de la vie d'une femme ... alors même si j'ai ce bouquin dans ma bibli. j'hésite ... rah que faire ? :) En tout cas merci pour ton avis qui m'éclaire sur la nature de cette nouvelle.
Par Akkantha le 12/12/10
Ah bon Lettre d'une inconnue t'as déçue :o ? Hmm. C'est sûr que moi aussi j'ai préféré le Joueur d'échecs à ces deux livres, après pour dire lequel des deux j'ai préféré... Je ne sais pas, retente à l'occasion, quand tu voudras donner une nouvelle chance à Zweig !
Par Akkantha le 12/12/10
Exactement ! Dans le même genre il y a Lettre d'une inconnue qui est pas mal :p
Par Luna Z. le 11/1/12
Mon avis sur ce livre est plus positif que le tiens : c'est juste un énorme coup de coeur :)
Eh bien pour moi c'est l'exact contraire. La religion c'est le prêt-à-penser imposé à tout le monde, la spiritualité c'est une perception élevée de ce qui peut être "au-dessus de soi". Et pour chacun elle est différente."
Par http://www.fifaclub.fr le 18/6/15
Tu as effectué un très bon travail sur ton blog, bravo à toi !
Blog optimisé pour mozilla firefox ! j'ai laissé tombé IE depuis longtemps, j'avais jamais vérifié si l'habillage collait mais effectivement ça merde un peu.
thanks
Tu as effectué un très bon travail sur ton blog, bravo à toi !
Un paramètre très important à prendre en compte par rapport à mon opinion sur toute cette série de livres, c'est que je connais déjà le fin mot de l'histoire,
nt à prendre en compte par rapport à mon opinion sur toute cette série de livres, c'est que je connais déjà le fin mot de l'histoire,
J'ai énormément appris des passages de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu.
Lisez la absolument, même si je sais qu'en général vous n'êtes pas de grands fan de théâtre !
Il n'est que pure émotion. Il ne vit que dans la peur et le désir, sans attachement.
Posterai peut-être ponctuellement.
d'amour pleine de bons sentiments.
Par http://www.top-vols.fr le 17/5/16
Posterai peut-être ponctuellement.
Toute la réflexion menée est vraiment intéressante, ça donne parfois le vertige et nous remet pas mal en question.
Posterai peut-être ponctuellement.
Le plus subtil châtiment pour un abominable criminel de guerre, c'est bien de le réincarner en bonzaï japonais."

* "Le sage cherche la vérité. L'imbécile l'a déjà trouvée."
adhéré, un régal.
Par Converse Pas Cher le 1/9/16
Posterai peut-être ponctuellement.
Par Birkenstock Pas Cher le 1/9/16
d'autant plus si on considère le sujet traité. Et la musique...
Par Adidas Pas Cher le 17/9/16
Mon avis est donc le quasiment le même que pour Nous les Dieux.
 

Ajouter









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://milkymoon.cowblog.fr/trackback/3066155

 

<< Post | 1 | 2 | 3 | Ante >>

Créer un podcast