"Leurs coeurs battaient tous deux, sur un rythme de boogie." L'écume des jours - Vian

Publié dans : Romans XX°

le 15/6/10

http://milkymoon.cowblog.fr/images/Livres/Celine.pngVoyage au bout de la nuit
Louis-Ferdinand Céline
1932

Challenge ABC : 26/26

Quatrième de couverture
"- Oh ! Vous êtes donc tout à fait lâche, Ferdinand ! Vous êtes répugnant comme un rat...
- Oui, tout à fait lâche, Lola, je refuse la guerre et tout ce qu'il y a dedans... Je ne la déplore pas moi... Je ne me résigne pas moi... Je ne pleurniche pas dessus moi... Je la refuse tout net, avec tous les hommes qu'elle contient, je ne veux rien avoir à faire avec eux, avec elle. Seraient-ils neuf cent quatre-vingt-quinze millions et moi tout seul, c'est eux qui ont tort, Lola, et c'est moi qui ai raison, parce que je suis le seul à savoir ce que je veux : je ne veux plus mourir."


Avis
Enfin ! Je suis restée bien 5 mois sur ce livre... oui j'ai du mal avec les longs romans. C'est pas faute d'être ennuyeux, au contraire. J'ai trouvé l'écriture... juste géniale. L'histoire en elle même ne m'a pas toujours beaucoup captivée, mais la manière dont le narrateur t'envoie son histoire en pleine face, comme s'il te la crachait son histoire, c'était excellent.

Le récit de Ferdinand Bardamu se décompose en 5 phases. La première, c'est la guerre. Mais la guerre l'ayant plus que dégouté, il quitte la France pour une colonie en Afrique. Je pense que c'est la partie que j'ai préférée, l'environnement tropical toussa toussa, j'aime beaucoup. Mais là encore, le système colonial le répugne. "La poésie des Tropiques me dégoutait. Mon regard, ma pensée sur ces ensembles me revenait comme du thon." Ce qui conduit notre ami Bardamu à New York, où il fait la rencontre du capitalisme américain. "Quand les fidèles entrent dans leur Banque, faut pas croire qu'ils peuvent se servir comme ça selon leur caprice. Pas du tout. Ils parlent à Dollar en lui murmurant des choses à travers un petit grillage, ils se confessent quoi." Il revient donc en France où on le retrouve une dizaine d'année plus tard, exerçant la profession de médecin... oui ça m'a surprise, c'était bien la dernière des professions que je le voyais exercer. Enfin soit. Cette partie du roman est celle où j'ai le moins accroché, ça se passe dans une banlieue parisienne, et Bardamu s'occupe essentiellement de malades. On sentait une certaine résignation, une sorte de fatalité dans son ton. "Bientôt, il n'y aura plus que des gens et des choses inoffensifs, pitoyables et désarmés tout autour de notre passé, rien que des erreurs devenues muettes". Enfin, la dernière partie de son histoire se déroule dans un asile, c'est gai.

A chaque étape, Bardamu tombe comme par hasard sur Robinson, un type qu'il rencontre pendant la guerre. C'est comme si leur destin était lié. A chaque fois quand Robinson disparaissait, on se croyait débarrassé de lui, mais non, il est là jusqu'à la fin. En parlant de fin, eh bien, elle m'a laissée perplexe la fin. Tout ça pour dire que j'ai vraiment beaucoup aimé l'écriture, ce ton de lâcheté, de passivité complète. Bardamu est un anti-héros, je sais pas si la comparaison est pertinente mais il m'a rappelé L'étranger de Camus. On comprend mieux ce qu'évoque le titre, cette "nuit" dans laquelle il s'enfonce et s'enfonce, cette pourriture du monde dont il s'efforce de rendre compte. Petite note : Céline s'est inspiré de son expérience personnelle de la guerre de 14/18 et en tant que médecin pour écrire ce livre, mais ce livre n'est toutefois pas une autobiographie.

En résumé : Avec du recul, ce livre m'a marquée. Le style incomparable de la narration, la vision du monde de cet anti-héros persistent dans ma mémoire, et c'est le signe que j'ai affaire à un excellent bouquin.


Extraits
* "Les fleurs c'est comme les hommes. Plus c'est gros et plus c'est con."

* "candidement cannibale"

* "Il offrait à cette petite fille lointaine assez de tendresse pour refaire un monde entier, et cela ne se voyait pas."

* (à propos des crépuscules) : "Tragiques chaque fois comme d'énormes assassinats du soleil."

* "Il s'appelait "Surgeon général" ce qui serait un beau nom pour un poisson."

* "A 37° tout devient banal."

* (à propos du métro) : "rempli de viandes tremblotantes"

* "On aurait dit des grosses bêtes bien dociles, bien habituées à s'ennuyer."

* "mon néant individuel"

* "une sorte de moulin à café à monnaie."

* "L'existence ça vous tord et ça vous écrase la face."

* "C'est le voyageur solitaire qui va le plus loin."

* "L'avenir, je vois comment qu'y sera... Ca sera comme une partouze qui n'en finira plus."

* "des précautions d'assassinat"

* (à propos des journaux) : "formidable artichaut de nouvelles en train de rancir"

* "Ah il y en a qui vont au Théâtre pour se faire des émotions ! Mais je vous le dis : il est ici le théâtre !"

* "La vie n'est qu'un délire tout bouffi de mensonges."

* "Quand on commence à se cacher des autres, c'est signe qu'on a peur de s'amuser avec eux. C'est une maladie en soi. Il faudrait savoir pourqoi on s'entête à le pas guérir de la solitude."

* "Un fou, ce n'est que les idées ordinaires d'un homme mais bien enfermées dans une tête."

* "Et ce n'est plus, autour d'eux, qu'une ragouillasse dégueulasse de débris organiques, une marmelade de symptômes de délires en compote."


 
Point Challenge ABC
Ainsi s'achève mon challenge ABC, dans les délais ! J'ai fait d'excellentes découvertes : La vie devant soi de Romain Gary, Si c'est un homme de Primo Levi, Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley, La disparition de Georges Perec pour ne citer que ceux qui m'ont le plus marquée. Je ne pense pas recommencer de nouveau ce challenge, je n'aime pas vraiment lire par contrainte. Et puis pour l'instant il me reste le Challenge Livraddict à terminer. Qui sait peut-être que je retenterai l'année prochaine ?

Vos élucubrations

Ajouter

Par MeL le 16/6/10
J'adore ce livre. J'ai dû le lire vite pour une dissert' pour les cours, et en prenant des notes, et je me dis qu'un jour je prendrai le temps de le relire lentement, pour moi.

"La vie n'est qu'un délire tout bouffi de mensonges."... cette phrase est dans l'un de mes passages préférés (je m'aperçois qu'il n'est même pas dans mon blog, il faut que j'y remédie) :

"
"La grippe emporta son prodigieux amant. Nous apprîmes le malheur un samedi soir. Aussitôt reçue la nouvelle, elle m'entraîna échevelée, hagarde, à l'assaut de la gare du Nord. Ceci n'était rien encore, mais dans son délire, elle prétendait au guichet arriver à temps à Berlin pour l'enterrement. Il fallut deux chefs de gare pour la dissuader, lui faire comprendre que c'était bien trop tard.
Dans l'état où elle s'était mise on ne pouvait songer à la quitter. Elle y tenait d'ailleurs à son tragique et encore plus à me le montrer en pleine transe. Quelle occasion ! Les amours contrariées par la misère et les grandes distances, c'est comme les amours de marin, y a pas à dire, c'est irréfutable et c'est réussi. D'abord, quand on a pas l'occasion de se rencontrer souvent, on peut pas s'engueuler, et c'est déjà beaucoup de gagné. Comme la vie n'est qu'un délire tout bouffi de mensonges, plus qu'on est loin et plus qu'on peut en mettre dedans des mensonges et plus alors qu'on est content, c'est naturel et c'est régulier. La vérité c'est pas mangeable.
Par exemple à présent c'est facile de nous raconter des choses à propos de Jésus-Christ. Est-ce qu'il allait aux cabinets devant tout le monde Jésus-Christ ? J'ai l'idée que ça n'aurait pas duré longtemps son truc s'il avait fait caca en public. Très peu de présence, tout est là, surtout en amour. "


Et, la phrase mythique qui me vient à l'esprit dès que je pense à ce livre : "L'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches, et j'ai ma dignité moi !"
Par Akkantha le 20/6/10
"Par exemple à présent c'est facile de nous raconter des choses à propos de Jésus-Christ. Est-ce qu'il allait aux cabinets devant tout le monde Jésus-Christ ? J'ai l'idée que ça n'aurait pas duré longtemps son truc s'il avait fait caca en public."

Haa oui je me souviens de ce passage il m'avait marquée x) (je ne sais pourquoi d'ailleurs...)
Par Raison-et-sentiments le 20/6/10
Je l'ai dans ma bibli. et sans parler de sa taille, il ne me tente pas trop -_- Mais votre enthousiasme me donne à le placer plus haut sur ma pile de livres à lire.
Par Mot.PaSsant le 26/6/10
Enfin je trouve Louis Ferdinand dans un blog de lectures !
Voyage est un livre absolu. Il faut prendre l'habitude de cette écriture méchamment heurtée, furieusement lyrique !

Je n'ai trouvé qu'un auteur qui distille à ce point le désespoir, c'est Jean Genet.

Je ne peux que te conseiller de continuer sur la voie célinienne - "dans le ciel où rien ne luit" -, qui est aussi la voix du Mal, en lisant Mort à crédit... Qui me semble être son plus beau "roman".

Je continue ma ballade sur ton blog =)

Elsa
Par Akkantha le 26/6/10
Oui je te comprends la longueur c'est un peu rebutant, mais le livre vaut bien ses 500 pages :D
Par Akkantha le 26/6/10
Je n'ai jamais entendu parler de Jean Genet, il va falloir que je me renseigne.. Quant à Mort à Crédit, c'est prévu que je le lise, si en plus tu dis que c'est son plus beau roman, j'ai hâte !
Ainsi s'achève mon challenge ABC, dans les délais ! J'ai fait d'excellentes découvertes : La vie devant soi de Romain Gary, Si c'est un homme de Primo Levi, Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley
Moi ça m'avait paru trop long en tout cas, je pense que ça aurait gagné à être plus court et mieux ciblé ^^
Moi ça m'avait paru trop long en tout cas, je pense que ça aurait gagné à être plus court et mieux ciblé ^^
Par http://www.tripotes.fr le 31/8/15
Moi ça m'avait paru trop long en tout cas, je pense que ça aurait gagné à être plus court et mieux ciblé ^^
Ainsi s'achève mon challenge ABC, dans les délais ! J'ai fait d'excellentes découvertes : La vie devant soi de Romain Gary, Si c'est un homme de Primo Levi, Le meilleur des mondes d'Aldous Huxley, La disparition de Georges Perec pour ne citer que ceux qui m'ont le plus marquée.
Le scénario est plat, ça n'avance pas, c'est assez peu crédible, et on arrive pas à entrer dedans.
nt à prendre en compte par rapport à mon opinion sur toute cette série de livres, c'est que je connais déjà le fin mot de l'histoire,
Ici aussi, c'est une maxime, un proverbe, en rapport avec l'amouuur.
Moi ça m'avait paru trop long en tout cas, je pense que ça aurait gagné à être plus court et mieux ciblé ^^
Ce côté plus réaliste m'a plu, on ne cherche pas à montrer une histoire d'amour pleine de bons sentiments.
Posterai peut-être ponctuellement.
d'amour pleine de bons sentiments.
a trilogie Millénium un thriller au rythme affolant.
Ce côté plus réaliste m'a plu, on ne cherche pas à montrer une histoire d'amour pleine de bons sentiments.
Posterai peut-être ponctuellement.
adhéré, un régal.
Par Guess Pas Cher le 1/9/16
Posterai peut-être ponctuellement.
Par goedkope voetbalshirts le 17/9/16
La lecture de ses romans passe avant même la traque de l'animal et c'est touchant sans trop l'être.
Par jewelryresearch le 12/11/16
The idea isn’t unusual to discover a certain decor at your residence item selected as “mission/arts and also crafts. ” This ends in the misconception these designs are generally one along with the same, though it's not true.
Par playinyourclothes le 12/11/16
Shearling spencer and jackets are produce of sheepskin pelts. They’re luxuriously delicate, warm and also stylish. The true lamb pelts make the accommodating garments as well as amazing breathability and also insulation.
Par clothingmodel le 12/11/16
Just about any school, school as well as college understudy that's acquiring a new graduate degree will likely need to present a research paper, frequently alluded to just as one exploration cardstock, proposal as well as exposition, on the division plus the school, pertaining to assessment. Editing is necessary.
Par freestyle1 le 12/11/16
Underneath are reviews of very well liked hair fashion image packages, Hair Variations Cuts Along with Dos, Stellure plus the Hair Fashion Editor. To discover demonstrations of such programs visit the links located towards the bottom of this information.
Par tech news 404 le 12/11/16
Magento is surely an ecommerce podium built in open origin technology which offers online merchants which has a flexible shopping cart solution system, and also control in the look, content along with functionality with their online keep. Magento gives powerful promoting, search serp optimization, along with catalog-management methods.
 

Ajouter









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://milkymoon.cowblog.fr/trackback/3008689

 

<< Post | 1 | 2 | 3 | Ante >>

Créer un podcast